Les feuilles sont frappées de jaunisse.

L'or de l'automne? Loin, déjà.

Froid, gris, un monde en apnée.

Qui sommes-nous? Que sommes-nous?

Où es-tu? Comment me renaîtras-tu?

Dis-le moi, toi l'homme de mes jours, de mes heures.

 

Renais-moi.

 

 

Rien ne pourra se mesurer au tranchant de nos sens

qui caressent nos veines de leur joyeuse menace 

lorsque nos lèvres s’ouvrent 

soleils vivants

à l’accueil de l’impossible lumière 

 

Tu es mon impossible lumière 

 

Suivre avec toi l’impossible lumière

 

 

 

Ni soumise ni insoumise,

je viendrai libre et nue

vêtue de mon orgueil

de mes blessures

de ma déchirure

je saignerai sur ta bouche

tu boiras de mon sang

enfanté dans le sang

je refuse tout ordre toute exorde

je serai telle

grande plus grande

Impossédée

Offerte seulement

à la brûlure de ma peau

 

 

 

Oui, dis-moi que je meure

que tu meures

que nous puissions nous affranchir

de nos rets 

d'une vie

qui n'est que fumée que poussière

dis-moi que nous pouvons, que je peux,

que tu veux, dis-moi qu'il nous faut

être

vivre

baiser

mourir

en un seul souffle

et je serai

je vivrai

je baiserai

je mourrai

 

en un seul souffle

 

 

 

 

Quand viendra le temps des épousailles

tu sauras que je t'ai gardé pour la plus belle bouche

la plus belle mort

la plus belle pierre

il aura suffi d'un pont en suspens

entre nos deux corps

d'une sépulture offerte

dans la paume du volcan

d'un horizon de cendres

 

et tout était dit

Tout était déjà fait

Je suis là

 

 

Je repense:

à la petite fille tôt éveillée

aux appels de son corps

 

à l'adolescente

tentant de s'esquisser

une poitrine absente

 

et découvrant le plaisir solitaire

exquis et à la fois,

à son regard de jeune fille bien,

honteux

 

celle qui s'offrirait sans s'offrir

aux jeunes hommes

de passage

 

 

à la jeune adulte au sourire absolu

à la suite d'une conquête

 

celle qui se voyait papillon

 

jusqu'à ce qu'elle soit prise

dans un filet d'acier

 

qui ne lui offrirait aucune liberté

 

jusqu'à ce qu'elle consente à la prendre

 

bien qu'il soit trop tard

 

bien trop tard pour elle